Famille, parents et aidants

Bienvenue dans la section de la famille, des parents et des aidants.

Vous y trouverez des informations sur un éventail de rôles d’aidants. Les sujets abordés comprennent de l’information à l’intention des nouveaux parents tels que l’adaptation au changement, la dépression post-partum, les familles monoparentales et les responsabilités parentales transitoires (p. ex. responsabilités parentales à temps partiel en raison de déplacements pour le travail). Il y a aussi des informations sur les effets positifs et négatifs du rôle d’aidant sur le bien-être mental et physique. Lorsqu’on prend soin des autres, il est très important de prendre également soin de soi-même. Vous trouverez également des informations supplémentaires pour prendre soin de soi dans la section Inspiration de cette application.

Prendre soin des autres peut être gratifiant et donner un sentiment d’avoir un but et un sentiment d’accomplissement, mais cela peut aussi être exigeant et stressant. Pour éviter l’épuisement, les aidants doivent faire une priorité de leur propre bien-être. Ils peuvent parfois se sentir dépassés et leur bien-être mental et physique peut s’en ressentir, en particulier lorsqu’ils essaient de concilier les soins aux autres, le travail et les responsabilités familiales. Souvenez-vous que vous n’êtes pas seul et que vous pouvez obtenir de l’aide. Tournez-vous vers les membres de votre famille, des amis, des groupes communautaires ou un fournisseur de soins en mesure de vous assister. Pour vous aider à gérer votre santé tout en vous occupant d’autres personnes, vous pouvez aussi : demander de l’aide, partager les responsabilités entre aidants, faire de l’exercice, avoir une alimentation saine, vous reposer, méditer, vous joindre à un groupe de soutien, participer à une activité ou à un loisir auquel vous prenez plaisir et à chaque jour vous assurer de prendre du temps pour vous. En conciliant vos propres besoins et ceux des personnes dont vous vous occupez, vous augmentez vos chances de fonctionner au mieux de vos capacités et d’être efficace dans votre rôle d’aidant.

Pensez à un autre événement de la vie que vous avez longuement attendu et planifié. Après l’événement, comment vous sentiez-vous? Vos sentiments étaient-ils entièrement positifs ou entièrement négatifs, ou était-ce un peu des deux? Devenir parent est un grand événement de la vie qui est associé à des émotions tant positives que négatives. Même si vous avez hâte d’être parent, vous n’avez peut-être pas pensé aux nombreux ajustements à apporter à votre vie personnelle, à votre vie de famille et à votre vie professionnelle. Les nouveaux parents doivent s’adapter à des changements au niveau de leur routine, dans leurs habitudes de sommeil et d’alimentation, ainsi qu’à un élargissement de leurs rôles et responsabilités. Ces changements peuvent être une source de stress et les nouveaux parents peuvent ressentir de la tristesse, de la frustration et un épuisement tant physique que mental. Dans une période de grand stress, il peut arriver qu’on oublie combien il est important de s’alimenter sainement et de pratiquer de l’activité physique. Avoir une bonne alimentation, bouger et se reposer suffisamment contribuent à réduire les niveaux de stress. Pour les parents, chaque instant est une découverte de leur nouveau-né et de ses besoins ainsi que de leur rôle parental. Cette période peut être passionnante, mais aussi difficile compte tenu du nombre de changements qui surviennent. Une dépression légère et des sautes d’humeur, qu’on appelle parfois le baby blues, sont fréquentes après un accouchement. Toutefois, si les symptômes durent plus de quelques semaines ou s’ils empirent, il s’agit peut-être d’une dépression post-partum. La dépression post-partum peut vous empêcher de prendre soin de vous et de votre enfant, c’est pourquoi il est important d’obtenir de l’aide et du support immédiatement. Demandez à un fournisseur de soins de santé ainsi qu’à votre famille et à vos amis pour du soutien. N’oubliez pas de faire preuve d’indulgence envers vous-même, de prendre le temps de vous adapter, de demeurer actif, d’avoir une alimentation saine et de demander de l’aide quand vous en avez besoin. Vous n’êtes pas seule. Consultez la page Trouver de l’aide de cette application pour une liste des services dans votre région.

1. Votre famille est-elle monoparentale à temps partiel parce que votre partenaire fait des déplacements pour le travail? En raison de l’offre sur le marché du travail, dans beaucoup de familles, un des partenaires se déplace régulièrement pour le travail. Cette situation est difficile pour chacun des membres de la famille, pour toutes sortes de raisons. Les enfants s’ennuient du parent qui est à l’extérieur pour le travail et ils peuvent avoir du mal à s’adapter aux changements de routine liés à cette situation. Le parent qui doit se déplacer pour le travail peut vivre des pertes lorsqu’il manque des moments familiaux importants et des événements comme les spectacles de Noël et les anniversaires. En outre, le parent qui reste à la maison a des contraintes supplémentaires liées aux changements dans les routines familiales, les horaires de travail et les responsabilités parentales. Il est important de tenir compte de l’effet de tous ces changements sur votre santé mentale et physique, ainsi que sur votre bien-être, et de demander de l’aide quand vous en avez besoin. Consultez la page Trouver de l’aide de cette application pour une liste des services dans votre région. 2. Votre famille est-elle monoparentale à temps plein? Le fait d’être un parent monoparental à temps plein exige d’excellentes compétences organisationnelles et en matière de gestion du temps, de la débrouillardise, de la patience et beaucoup d’amour! Si vous êtes un parent monoparental, il est très important de prendre soin de vous-même. Certains parents monoparentaux se sentent isolés et n’ont pas beaucoup l’occasion de prendre une pause de leurs responsabilités parentales. N’ayez pas honte de demander de l’aide et ne vous mettez pas la pression de devoir être autonome à tous égards. De nombreuses ressources sont à la disposition des parents monoparentaux. Consultez la page Trouver de l’aide pour trouver des services près de chez vous. 3. Votre famille est-elle monoparentale à temps plein ou à temps partiel à la suite d’un divorce ou d’autres circonstances de la vie? Vous assumez peut-être à temps plein ou à temps partiel les responsabilités parentales sans partenaire en raison de circonstances hors de votre contrôle. Les changements peuvent faire naître des sentiments de solitude et d’isolement. Vous avez peut-être tellement à faire pour concilier les horaires et les responsabilités que vous n’avez pas conscience des répercussions sur votre santé mentale et physique, ainsi que sur votre bien-être. Chacun a besoin de prendre du temps pour soi pour préserver son bien-être physique et mental afin d’être un bon parent et de bien s’occuper des autres. Tournez-vous vers des personnes qui pourraient vous soutenir comme votre famille et des amis, et demandez l’aide de professionnels si vous en avez besoin.

Prendre soin d’un membre de sa famille qui est en fin de vie peut susciter beaucoup d’émotions et de sentiments. En tant qu’aidant, cette expérience peut vous donner une raison d’être et un sentiment d’accomplissement, mais elle peut aussi vous mettre à l’épreuve d’une manière que vous n’aviez pas prévue et vous épuiser physiquement et mentalement. Prendre soin de soi est un aspect crucial dans ce type de rôle en raison du lourd fardeau qu’il impose sur la santé physique et mentale. Pour pouvoir prendre soin de votre proche, vous devez aussi prendre soin de vous-même pendant cette période difficile. Ceci implique un effort conscient pour maintenir votre propre routine en matière de repas, de sommeil et d’activité physique pour réduire les difficultés liées au rôle d’aidant. Avoir des amis et une famille qui vous soutiennent peut aussi augmenter votre capacité à faire face aux aspects émotionnels de ce type de soins. Les programmes de soins palliatifs communautaires ou en milieu hospitalier peuvent vous aider à répondre à vos besoins et aux besoins de la personne qui vous est proche en matière de santé physique et mentale. Les soins palliatifs sont un type de soins de santé destinés aux patients et aux familles confrontés à une maladie terminale. Ils aident les patients à avoir la meilleure qualité de vie possible en gérant la maladie jusqu’en fin de vie. Ce type de service peut également offrir une aide en matière de soins de fin de vie, par exemple pour faire face à des sentiments de deuil et de perte. Des services et du soutien sont disponibles pour vous aider à traverser cette période difficile. Consultez la page Trouver de l’aide de cette application pour une liste des services dans votre région.

  • Vous êtes parent et vous vous occupez d’un enfant qui a un trouble alimentaire.
  • Un de vos parents a un problème d’usage de substances.
  • Vous pensez que votre voisin souffre de dépression et vous avez une excellente ressource communautaire à lui recommander, mais vous ne savez pas comment l’aborder avec ceci.
  • Vous ne trouvez pas les mots justes quand vous voyez votre amie jouer compulsivement.

Soutenir une personne qui vous est proche et qui a une maladie mentale ou un problème d’usage de substance ou de jeu peut être difficile, surtout si elle est très malade et a du mal à s’engager sur la voie du rétablissement. Vous voulez l’aider, mais vous ne pouvez pas faire les choses à sa place. Dans certains cas, vous craignez de mal faire et d’empirer la situation ou que votre relation en souffre. Vous vous videz peut-être de votre énergie à force de vous occuper d’une autre personne et de vous-même. La crainte et l’inquiétude de ce qui pourrait arriver sont incessantes. C’est pourquoi il est tellement important de prendre soin de vous quand vous vous occupez d’un proche.

  • Souvenez-vous que vous n’avez pas besoin d’avoir toutes les réponses.
  • Prenez du temps pour vous, surtout si vous êtes le soutien principal, par exemple si vous vous occupez d’un enfant, d’un conjoint ou d’un parent.
  • Cherchez du soutien auprès d’aidants. Beaucoup de communautés ont des réseaux d’aidants et des groupes de soutien et de counseling pour les aidants.
  • Maîtrisez les éléments de base : de l’activité physique, un sommeil adéquat, une alimentation nutritive ainsi que des moments loin du stress lié au rôle d’aidant, pour faire en sorte que votre santé mentale vous permette d’aider les autres.

Parler de santé mentale à ses enfants est une des discussions les plus difficiles pour les familles au Nouveau-Brunswick. Peut-être devez-vous entamer une conversation avec votre adolescent au sujet de signes et de symptômes qu’il présente ou expliquer à votre enfant l’importance de soutenir un frère ou une sœur, un parent, un grand-parent ou un camarade de classe. Si vous parlez à vos enfants de leur propre santé mentale et si vous voulez en savoir davantage sur comment les soutenir, commencez par ici :

  • Les adolescents ont peur d’être jugés; leur esprit en développement a des besoins différents que pour celui des adultes.
  • Trouvez pour votre fils ou votre fille des ressources conçues pour l’esprit et le corps en croissance, sans jugement et développées par des chefs de file en matière de soins de santé mentale chez les jeunes. C’est un moyen efficace et puissant d’entamer la conversation avec votre enfant au sujet de sa santé mentale!

À la recherche de faits :

Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale :

Ce site fournit des renseignements sur une série de maladies mentales ainsi que sur la santé mentale en général. Il est utile pour les familles qui souhaitent parler de santé mentale aux enfants : camimh.ca/fr

Dr. Stanley Kutcher:

Expert de la santé mentale des adolescents, le docteur Stanley Kutcher sait tout du cerveau des adolescents, du développement de la santé mentale des jeunes et des stratégies d’adaptation pour tous. Son travail : teenmentalhealth.org/about-us/dr.-stanley-kutcher-md-frcpc

Le Projet Jack :

La période du secondaire au collège ou bien la transition vers l’autonomie et l’âge adulte est difficile pour les jeunes, en particulier pour ceux qui vivent avec une maladie mentale. Cette ressource se concentre sur les besoins des jeunes de 15 à 24 ans et offre des renseignements fiables pour les aider à réussir cette transition : jack.org

Do it for Daron (DIFD):

Pour les jeunes, le fait d’établir des relations avec d’autres jeunes qui ont vécu des choses similaires fait partie du processus de guérison. Ce site se consacre à inspirer des changements positifs dans la manière dont nous parlons de la santé mentale des jeunes. C’est un site adapté aux jeunes et une ressource utile pour les parents, les tuteurs et les enseignants : www.difd.com

Jeunesse, J’écoute :

Jeunesse, J’écoute donne gratuitement aux enfants et aux jeunes, où qu’ils soient, l’accès à un conseiller par téléphone 24 heures sur 24. Des services de counseling sont également offerts en ligne. Parfois, les enfants et les jeunes ont simplement besoin de parler à quelqu’un qui ne fait pas partie de leur cercle d’amis ni de leur famille. Dites à vos enfants qu’ils peuvent obtenir une aide et des conseils entièrement confidentiels par téléphone au 1-800-668-6868 ou, en ligne, sur www.jeunessejecoute.ca/